ACCORD-DGDA-OCEP

Mot du Directeur Général
A l’instar de toutes les Administrations des Douanes du monde, la Direction Générale des Douanes et Accises, DGDA en sigle, est investie des missions d’une importance capitale telles que la perception des droits et taxes, la protection de l’espace économique nationale, la surveillance des frontières, la protection de la société et la lutte contre le terrorisme et la criminalité transfrontalière organisée.

La nature régalienne de ces missions, les prérogatives qui en découlent, ainsi que l’environnement dans lequel évoluent les agents des douanes, exposent ces derniers à des sollicitations et tentations diverses se traduisant notamment par des actes de corruption ou de concussion,  et tant d’autres mauvaises pratiques.

Ces antivaleurs peuvent limiter considérablement la capacité de la Douane à remplir efficacement les missions lui dévolues, et l’empêcher ainsi de répondre aux attentes des pouvoirs publics et de la population.

Entre autres effets négatifs de la corruption et des autres mauvaises pratiques, l’on peut citer :

-    une diminution de la sécurité nationale et de la protection de la société ;
-    la déperdition des recettes publiques et partant la contraction des moyens de l’Etat ;
-    la détérioration du climat des affaires et le découragement des investissements ;
-    des tracasseries diverses et des obstacles aux échanges internationaux ;
-    la diminution du niveau de confiance en l’Administration des douanes ;
-    la dégradation de l’image du douanier.

Consciente que la corruption est une question primordiale pour toutes les Administrations des douanes, l’Organisation Mondiale des Douanes, OMD en sigle, déploie des efforts visant le développement de l’éthique, notamment par la mise en place d’une série d’instruments, d’outils et de stratégies, dont la Déclaration d’Arusha révisée, outil privilégié et élément central d’une démarche globale et efficace de prévention et de lutte contre la corruption.

L’élaboration, la publication et l’acceptation d’un code de conduite constituent, selon la Déclaration d’Arusha révisée, un des éléments clés de tout programme efficace en matière d’éthique.

Mettant en œuvre cette recommandation, la Haute Direction de la DGDA poursuit résolument le processus de développement de l’éthique douanière, en décrivant le comportement attendu des cadres et agents des douanes de la République Démocratique du Congo. Telle est la raison d’être de ce code de déontologie et d’éthique.

 

Project details